AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dante Lucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante Lucky

Hybride / Homme à tout faire

Hybride /  Homme à tout faire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 25

Carte d'identité
Surnom: -
Sexualité : Dominé
Niveau de dangerosité: Qui sait...


MessageSujet: Dante Lucky    Sam 9 Oct - 17:00




|| Le personnage ||




Informations
    Nom : Lucky ( J'espère jusqu'il me portera bonheur...)
    prénom : Dante(Après avoir vécu un véritable enfer et connaitre qu'à présent le purgatoire, je me suis moi même baptisé Dante en référence à la Divine Comédie)
    Âge : physiquement 19 ans (cf: histoire. Puisqu'il a été 'congelé' le temps n'a pas pris sur lui)
    Taille : 1m69
    Poids : 46 kilos
    Race : Hybride humain/félidé
    Sexualité : Homosexuel dominé
    Rang/Métier : Homme à tout faire ( direction)



|| Informations diverses ||


    Physique : Mon physique n'a rien de spécial, bien au contraire, je frôle la banalité. Je ne suis pas très grand et ma masse musculaire est peu développée, je ne suis donc pas du tout imposant physiquement et je ne cherche aucunement à l'être, je parais fragile et faible à première vue, mais il ne faut pas si fier, je ne suis pas du genre à me casser en deux, je suis très endurant et je suis aussi capable de porter des charges lourdes. Mes gênes de félidés m'ont doté d'yeux couleur émeraude, tous deux ont une pupille différente de celle des hommes, c'est une fente bien fine et noire. Comme les félins, ils sont perçants et ils luisent dans le noir. Mes cheveux sont noirs comme l'ébène et toujours en bataille, je ne prends jamais la peine d'y mettre de l'ordre. Pour ce qui est des vêtements, je suis toujours vêtu de manière sobre dans tes tons sombres ou neutres c'est à dire des pantalons ou jeans simple avec une chemise et une veste ou bien un tee shirt. J'affectionne tout particulièrement les vêtements en cuir noir. Les seuls fantaisies que je me suis accordé sont deux piercings, l'un à l'arcade gauche et l'autre sur la lèvre inférieur du même côté.




    Caractère : Malgré mon penchant pour le silence et la tranquillité, j'aime aussi la compagnie, je déteste même être seul. J'aimerais qu'on s'occupe de moi et qu'on m'accorde un peu d'importance, même si je ne suis pas du genre à le crier sur le toit j'aimerais avoir une famille et une vraie vie digne d'un humain. D'apparence, je suis toujours placide et insensible, je ne laisse transparaitre aucune émotion sur mon visage face à une tierce personne, j'ai toujours peur de la réaction que cela pourrait causer. Mais derrière cette façade, je suis sans doute quelqu'un que vous qualifierez de gentil, je suis serviable et fidèle.Je me laisse facilement rapprocher, je ne réplique jamais face à un ordre de mon maître et je lui suis entièrement dévoué. Je ne cherche pas les ennuis, mais je sais répliquer quand il le faut. Je suis très observateur, j'évolue selon l'environnement dans lequel je me trouve, il me faut toujours un petit temps d'adaptation. De plus, je suis très curieux, j'aime découvrir de nouvelles choses et en expérimenter...On pourrait dire que mes réactions sont digne d'un chat...




    Histoire :




    Acte I :Les Limbes]

    Subject 64432B

    Test numéro 928345666 essai n°9388:

    « Quel est ton nom ?
    -… »

    Compte rendu :
    Aucune réponse, une nouvelle fois.Septième semaine de test et spécimen incapable de paroles.
    A ouvert les yeux, n’a pas bougé,n’a rien dit.
    Note : A versé une larme.


    Test numéro 928345666 essai n°9389 :

    « Je vais te le demander encore une fois. Quel est ton nom ?

    -… »

    Compte rendu :
    Échec total du test n°928345666.
    Hybride défectueux


    Les draps blancs d’un lit couvrent à demi un corps couvert de fils et d’aiguilles, ce corps parsemé de marques et de cicatrices est d’un blanc immaculée, pâle et livide. L’inexpression marquée sur les traits du visage, les yeux rivés sur le plafond blanc. Quelques bips sonores des machines alentours comble le silence oppressant. Rien ne bouge,rien ne vit, rien ne meurt. Que faire d’un corps inerte ? Deux hommes viennent ‘débrancher le corps’, ils le soulèvent, l’emmène ailleurs. Pièce noire, sans lumière, vide, neutre.

    Test n°928345667 essai n° 10342
    Tentative de réactions physiques face à différents chocs physiques.
    Attaché à des chaines, suspendu au dessus du sol par les bras, le cou. Les jambes. Un coup, puis deux, enchainé d’un troisième dans l’abdomen, plusieurs coups de poings dans l’estomac. Brise la mâchoire, les phalanges des doigts, casse quelques côtes. Brulures, glace,corps exposé à des températures extrêmes…

    Compte rendu:
    Aucune perception de la douleur.Ne bouge pas, ne réagit pas, ne dit rien.
    Échec du test n°928345667
    Hybride défaillant.
    Note : A fermé les yeux.


    Je rêve des souvenirs…Quand un songe s’éveille de notre esprit, occupant les pensées de la nuit, l’âme s’emporte, s’envole vers une forme de liberté. Cette liberté, j'aurais tout fait pour la récupérer. Certes je n’étais qu’un hybride mais je m'estimait avoir des droits en temps que tel. Malheureusement c’est cette volonté d’être quelqu’un, de penser, d’agir et de vivre qui causa ma propre perte.

    Il y a de cela plusieurs années le projet n°64432B aboutie à la création d’un hybride créé de toute pièce par le Docteur Mathews, il avait consacré de nombreuses années à l’élaboration d’un hybride totalement artificiel fondé à partir de longues recherches et à partir de gênes encore inconnu. En effet, le Docteur Mathews était promis à un destin hors du commun, élève brillant depuis le début de son entrée dans la scolarité,il avait entrepris de longues études, il s’était principalement concentré surtout ce qui touchait de près ou de loin à l’artificiel vivant, c'est-à-dire à la possibilité de créer la vie à partir d’autres espèces vivantes. Bien entendu, personnes ne le prenait au sérieux, pensant qu’il avait perdu l’esprit à force d’études et de recherches si diversifiées, pourtant, lui croyait dur comme fer à sa théorie, il y passait des journées et des nuits entières poussant toujours plus loin ses raisonnements et ses expériences. Il ne vivait plus, ne sortant plus de chez lui, bien décidé à montrer au monde entier ses capacités et de quoi il était capable. Au bout de trois longues et périlleuses années, le miracle s’accomplit. Le sujet était bel et bien vivant, cette preuve vivante, c’était moi. Je n’avais encore conscience de rien, je ne savais ni qui j’étais ou plutôt ce que j’étais ni où j’étais, je n’avais ni nom, ni âge,j’étais nu, vulnérable, je n’avais rien… J’existais juste.


    Acte II: Le paradis


    Mon maître m’avait doté d’une puissance physique impressionnante grâce à des gênes animales. Je subissais de nombreuses expériences mettant à l’épreuve mes capacités physique ; mon endurance, mon apnée, ma capacité à tenir selon des températures extrêmes… Je n'avais aucune peur, aucune phobie, je n’étais douer d’aucune raison, d’aucuns sentiments, d’aucunes émotions. J’étais un pantin avec lequel on pouvait faire absolument ce qu’on voulait. J’étais asservi à l’état d’animal, je ne possédais rien, je n’étais rien. Bien entendu si mon maître ne m’avait octroyé aucune humanité c’était pour me garder sous le joug de son pouvoir et de son autorité.Le temps passa, j’étais devenu qu’un simple jouet pour tous, mon maître fut nommé à de nombreux concours, prix Nobel et autre futilités, le succès lui ouvrit bien d’autres portes et il me délaissa totalement pour approfondir d’avantages ses recherches et créer d’autres hybrides bien plus performants,bien plus humain. Cependant, il en fut tout autre chose. Je ne voulais pas sombrer dans l’oublie, je voulais vivre comme tous les autres, je ne demandais rien de plus. Je voulais exister.

    Nous vivions dans un appartement dans une capitale connue et attractive, le Docteur n’était presque jamais là,il me laissait toujours seul, ma seule fenêtre sur le monde extérieur était celle du salon, de là je pouvais voir les lumières de la ville, apercevoir les passants qui y fourmillaient. Je pouvais rêver au monde, me l’imaginer sans avoir à me cacher. Ma solitude et mon isolement me pesait, j’étais seul, vide et anéanti malgré ma dévotion totale, on ne voulait plus de moi. Je me suis mis à générer des sentiments, des sensations, des expressions, imitant à perfection l’homme. Pour me venger de l’abandon, j’étais décidé à gagner l’humanité. Je voulais montrer à mon maitre de quoi j’étais réellement capable de faire, je voulais qu’il soit fier de moi, qu’il m’estime, qu’il me reconnaisse comme son unique création. Je désirais être le premier et le dernier de ma race. J’ai appris à lire, à écrire, à parler par moi-même. J’ai appris à aimer, détester,sourire, crier, pleurer, avec beaucoup de difficultés certes mais le résultat frôlait la perfection.

    « Je veux que vous me donniez un nom. »

    Il l’avait demandé avec un sourire, un entrain palpable et beaucoup d’émotions, attendant une récompense,un triomphe et le respect de son maître, comment aurait il pu savoir que cette unique phrase allait briser sa vie entière. Mathews fut sidéré face à sa parole, il fut pris de colère folle et dévastatrice. Désormais, il n’avait plus d’autorité sur lui, un être, une fois doté de paroles et de raison, ne peut plus obéir sans le rappel à l’ordre et la contrainte, et il avait peur de ce qu'il venait de créer... surtout des conséquences qui en découlerait.

    Acte III : L'enfer


    [color=black]Des couloirs qui n’en finissaient plus, des hommes me tenaient les bras, je ne pouvais pas bouger, mon corps était comme… paralysé. On m’entrainait dans les couloirs sombres, les néons du plafond donnaient une teinte lugubre à cet endroit. Je ne savais pas où j’étais et où j’allais mais la lourde et oppressante sensation de vide et de cloisonnement me faisait croire que je ne sortirais pas d’ici, que ma vie se finissait comme elle avait commencée entre des silences, tous aussi épais et froid que les murs qui m’entouraient. Mon maître était derrière moi. Pourquoi ne faisait-il rien ? Comment pouvait-il accepter qu’on m’arrache à lui ?! Je tendais mes mains vers lui, criant à pleine voix de me reprendre, de ne pas me laisser, de m’acceptez auprès de lui, je le suppliais,l’implorais mais rien.

    « NOOOON ! Maître !REPRENEZ-MOI ! JE NE VEUX PAS ! »

    Je hurlais à la mort, à pleins poumons, les battements de mon cœur étaient saccadés et violents, j’avais l’impression qu’il allait exploser dans ma poitrine, comme on venait de briser tous mes espoirs. J’avais déshonoré mon maitre, je l’avais déçu, je ne lui étais plus utile, alors je devais… mourir ? Étais ce cela qui m’attendait…la mort ? Je fus vite coupé dans mes pensées. On m’attacha à des chaines accroché à au mur blanc d’une salle capitonnée, isolée, insonorisée et totalement inviolable, une sorte de chambre froide. Mes chevilles, mes poignets, mes bras,mon cou,... tout fut attaché. Je ne pouvais absolument plus rien faire, j’étais figé et pourtant je me débattais du mieux que je pouvais, mais mes liens résistaient et même ma force physique ne pouvait me venir en aide. Alors c’était la fin ? La porte de la chambre forte fut fermée dans un grand claquement. J’étais seul, dans un espace clos, à rêver à une autre fin, à un autre destin. Il n’y avait aucune fenêtre, aucune issue, et pourtant je ne demandais qu’à voir un semblant d’humanité, un semblant de sentiment.
    Pendant un cours instant, j’ai pensé que l’homme n’avait rien de généreux, en voulant être comme eux, j’étais devenu tout comme eux, un monstre, car c’est bien ce qu’ils étaient.Contrairement aux animaux, l’homme à conscience de lui-même et est doté de raison, je réalisais à ce moment que tout était faux. L’homme n’avait aucune raison, aucun bon sens, l’homme était l’enfant du désir, l’orgueil et le pouvoir incarné, il s’estimait maitre de la nature et de toutes choses sur terre. S’estimer maître d’un univers et n’être nullement capable de contrôler un hybride, voilà qui argumentait sa thèse. Il hurla pendant un long moment,des larmes s’échappèrent de ses yeux, glissant doucement sur ses joues. Un frisson vif le parcourut, doucement la pièce se refroidissait, de la glace et du givre se formait autour de lui. Le froid l’engourdissait, c’était douloureux… il avait froid. Il avait réussi à devenir humain et ne s’en rendait compte qu’à la fin. Il tremblait comme une feuille balancée au gré du vent. Il avait mal, il souffrait, cette souffrance le cinglait de toutes parts mais pourtant, il était heureux… Ses larmes se formaient tel des cristaux de glace,figés sur son visage froid, il ferma les yeux lentement, plongeant dans l’inconscience et dans le silence.



    Acte IV : Le Purgatoire

    Beaucoup d’années s’étaient écoulées, le projet n°64432B plongea dans l’oubli sans que jamais personne ne sache où avait fini l’hybride. Personne ne s’en souciait, le docteur Mathews avait repris ses recherches, mais dans l’ombre la plus totale, espérant pouvoir aboutir à un être parfait, totalement déshumanisé et fiable. Il recevait de nombreuses sollicitations de nombreux états qui voulaient utiliser les hybrides pour des guerres, la recherche, les utiliser comme cobayes, cependant, il mourut quelques années après, dans d’étranges circonstances, bien entendu de brillants scientifiques provenant principalement de l’Île de Vélès cherchaient à mettre la main sur ses recherches et toutes les nouveautés qu’il aurait pu découvrir. C’est ainsi qu’ils prirent connaissance de ce projet précédemment oublié et délaissé. Ils y portèrent beaucoup d’attention et ils le retrouvèrent finalement, dans un laboratoire perdu en pleine forêt, totalement laissé à l’abandon depuis bien des décennies. Ils ne se doutaient pas de trouver un corps congelé dans la glace qui semblait en bon état et capable de fonctionner normalement. Ils décidèrent de l’emmener et de découvrir d’où provenait cette créature, à partir quelles gênes avait elle était créer et surtout comment la reproduire.
    Au bout de quelques mois, le sujet 64432B fut remis sur pieds, cependant, il ne parlait pas, il ne bougeait pas,ne mangeait pas, il restait livide et totalement… impassible malgré que ses fonctions vitales soient tout à fait normal. Les chercheurs ne s’avouèrent pas vaincu et lui firent subir toutes sortes d'expériences pour observer ses réactions même la plus minime. Cette opération porta ses fruits au bout de quatre longues années de travail. Malgré toutes les recherches possibles, on ne sut déterminer quelles gênes avaient été utilisées pour la création de l’hybride,la seule information étant qu’il s’agissait de gênes animales à 75% le reste étant totalement humain. Il semblait appartenir à une race de félidé, peut être un mélange… Mais ses cellules avaient tellement été endommagé que rien n’avait pu être scientifiquement prouvé. Malgré nombres de tentatives, le jeune hybride ne réagissait à rien et ne semblait avoir aucune expression, sensation ou volonté, ainsi, on lui greffa une puce, il ne pouvait avoir qu’un rôle simple ne demandant rien de plus qu’un corps apte à tous types d’exercices ce qu’il possédait… Ainsi il fut affecté comme homme de main de la direction et aucune autre recherche ne fut envisagée, le sujet étant trop complexe et indéchiffrable.

    Prologue :Là où tout commence

    L’automne s’affiche doucement, les feuilles des arbres ont pris des teintes rougeâtres, elles sont jaunis, mortes.Tout comme elles, je suis mort dans l’hiver et le froid, mais ma renaissance est en pleine essor, ici j’estime avoir une place, je sers mon nouveau maître à qui je dois tout. Je n’expose plus mes sentiments et mes émotions, je cache la moindre de mes craintes, mes peurs et mes joies. Je reste inerte, me contentant de servir. Je ne veux plus revivre un tel enfer, je reste terré dans le silence. Peut être un jour j’atteindrais la liberté et ma paix intérieur, mais jusqu’à ce que ce jour arrive je dois me contenter d’être ce que je suis. Un hybride sans âme qui sert sans penser. Je ne suis pas un homme, je ne suis pas un être doté de raison. Je ne fais qu'exister que parmi les hommes, parmi ses monstres, je leur appartiens. Je ne suis rien.



    Autres :
    Aime:
    -les caresses ( surtout les cheveux)
    -le lait
    -les couleurs de l'automne et des couchés de soleil
    -sensible à la musique
    -les pâtisseries et tout ce qui est à base de sucre

    Aime pas:
    -les toilettes publiques
    -les aliments épicés
    -l'eau par conséquent la pluie

    Pouvoirs:
    *vision nocturne
    *hypnose

|| Le joueur ||



Âge : 17
Serez vous actif: oui
Comment avez vous connu le forum?de lien en lien
Commentaires sur le forum?: Très beau design et contexte très imaginatif~* coup de cœur*


_________________


Dernière édition par Dante Lucky le Jeu 10 Mar - 10:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 65
Date d'inscription : 18/05/2010


MessageSujet: Re: Dante Lucky    Jeu 23 Déc - 18:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ile-de-veles.forumactif.com
 

Dante Lucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Prè-RP
 :: Fiches des personnages :: Direction
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit